Hooligan spirit et Hardstyle

Il n’y a a priori aucun rapport entre être un supporter du PSV Eindhoven et un amateur de Dj Zany, mais c’est dans la violence de la prestation scénique que le rapprochement prend tout son sens. Les mouvements sont identiques, la passion est la même…un kop ultra qui se déchaine dans une tribune au rythme des chants hollandais et un fan de hardstyle qui danse bras tendu sur du 160bpm, pour les deux, la chorégraphie est léchée.

Lowriders_-_Dont_Get_Back

Le hardstyle et le hooliganisme expriment ce besoin de violence et de déchainement de soi. Dans les deux cas on dépasse la dimension du football et de la musique, pourtant à l’origine du rassemblement. Les participants n’hésitent pas à reproduire des figures bien connues comme le Braveheart ou mur de la mort pendant lequel la fosse se sépare en deux pendant la montée et au déclenchement des basses « hard sound », les deux parties se fonçent dessus violemment.

Pour ce genre de manifestation, laissez vos acides au vestiaire, un dévouement total pour son club ou une admiration pour la musique, le synthé et les basses ronflantes suffisent. Dans les stades, un ultra dos au terrain utilise son mégaphone pour haranguer les fans et lancer les chants. Sur les scènes hardstyle, c’est du bout d’un micro qu’un MC vient rapper et exciter les hardsytlers, MC Ruffian est un maître en la matière.

Il existe deux grandes écoles du Hardstyle, les sons hollandais aux basses lourdes et aux claviers plutôt doux alors que les sons italiens sont beaucoup plus agressifs. Les grands noms hollandais sont The Prophet, Dj Zany alors qu’en Italie Technoboy et Tatanka sont les pionniers.

http://www.youtube.com/watch?v=X_WmrLi3Ri4

Finalement un Dj SET hardstyle Hollande Vs Italie, c’est comme un bon vieux PSV Eindhoven/Milan AC…cette année pour le nouvel an, Milan recevait aux East End studios avec Tatanka, Zenith et Cecco, les rossoneri ne furent pas déçus.

De la passion, du son, de l’excès…

On retrouve cette potion musique/violence dans le mémorable Orange mécanique de Stanley Kubrick. L’utilisation des premiers synthétiseurs accélérant la rythmique des classiques de Beethoven, Rossini et d’autres, vient parfaire la violence psychologique des personnages. Le lien violent entre l’action et le son se fait.

La musique adoucit les mœurs. Mais tout est une question de BPM.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s